Jeter ses mails, c'est écolo

Béatrix Foisil-Penther

Tout écolo qu’on est, par ignorance, on peut passer à côté de l’essentiel : les mails sont hautement énergivores.

Les courriels sont hautement énergivores. Pour faire du bien à la planète, il ne faudrait pas les conserver, mais les jeter direct. L’équation et le constat paraissent un peu surprenants. Pourtant, c’est la réalité. En effet, le volume des emails reçus et envoyés est énorme. Et le souci réside dans ceux que nous conservons : ils sont en effet stockés « sur des ordinateurs regroupés au sein de datacenters, des hangars alimentés, sécurisés et, surtout, refroidis 24 heures sur 24 », peut-on lire dans Elle.
 
Tout cela bien sûr a un coût et également un coût énergétique. Ainsi, l’année dernière, l’économiste Daniel Thépin a t-il rapporté pour l’Institut d’aménagement et d’urbanisme Île-de-France que « l’un de ces centres situé à La Courneuve engloutit, chaque année, l’équivalent en électricité d’une ville de 50 000 habitants. » La raison pour laquelle, l’énergie produite par ces datacenters est de plus en plus recyclée et utilisée pour chauffer des structures XL, des piscines, des bibliothèques... 

Pour en revenir à nos moutons, pardon, à nos emails, il semblerait que l’effort à faire ne soit pas insurmontable. Il s’agirait en effet pour chaque Français de supprimer 50 mails. Selon le cabinet de conseil Carbone 4 qui a travaillé pour le compte d’Orange, cela reviendrait à « l’extinction de la Tour Eiffel pendant 42 ans, ou de 2,7 milliards d’ampoules basse consommation pendant une heure. » À titre de comparaison, on peut imaginer une ville comme Nantes sans électricité pendant deux jours. Tout cela devrait faire réfléchir. Et c’est sûr, beaucoup d'emails ne sont pas indispensables à garder.